Une nouvelle étude le démontre: si la Belgique veut être leader dans le digital, elle doit se concentrer pleinement sur les data centers

Si les entreprises et les consommateurs veulent prochainement profiter pleinement des nouvelles technologies comme la 5G et les voitures autonomes, la Belgique doit de toute urgence construire davantage de data centers. Mais la Belgique ne figure pas en tête de la liste des priorités des grandes entreprises tech d'après le "Data Center Location Index 2021" réalisé par le bureau international de conseil et de conception Arcadis, qui dresse l’inventaire des meilleurs emplacements pour les data centers. La Belgique occupe la ... 32e place sur une liste de 50 pays. Ce classement décevant est principalement dû à la grande distance qui sépare notre pays des connexions à fibres optiques d’outre-mer. « La lenteur de notre politique de permis nous joue également des tours », ajoute Arcadis Belgique. « Si nous voulons malgré tout être un leader dans le digital, les petits “edge data centers” constituent une solution. »

Au cours de l’année écoulée, la consommation de données a fortement augmenté partout dans le monde, y compris dans notre pays. Le COVID-19 nous a contraints à tous travailler autant que possible à domicile. En raison du confinement – et de l’interdiction des voyages non essentiels –, énormément de personnes se sont aussi tournées vers les services de streaming comme Netflix, Disney+ et Play (More) pour se divertir. Un transfert de données rapide deviendra donc encore plus important à l’avenir.

Pour y parvenir, il faudra davantage de data centers. Or, ils sont trop peu nombreux dans notre pays à l’heure actuelle. Les spécialistes d’Arcadis ont récemment étudié la meilleure façon de procéder pour augmenter la capacité de la Belgique. L’idéal serait la construction de grands data centers, mais cette piste semble utopique à l’heure qu’il est.

Arcadis a dès lors examiné les critères appliqués par les Big Tech pour construire de grands data centers dans des pays très développés. Cette analyse a finalement donné lieu à un Data Center Location Index 2021. Les résultats pour notre pays ne sont pas vraiment brillants. La Belgique occupe en effet une piètre 32e place. En Europe, seuls la République tchèque et le Portugal obtiennent de moins bons résultats. Nos voisins néerlandais, français et allemands font beaucoup mieux.

« Les grands data centers représentent des investissements proportionnels pour les Big-Tech. Elles veulent donc que leurs data centers soient rapidement opérationnels. La lenteur de la politique de permis s’avère être un des obstacles à la construction de grands data centers dans notre pays aujourd’hui. La connaissance du marché local et des réglementations est donc cruciale. »

Peter Toulet, Data Center Expert chez Arcadis Belgique

Leader numérique

Si la Belgique n’obtient donc pas un bon bulletin, les experts d’Arcadis estiment néanmoins que notre pays a tout de même encore des possibilités pour devenir le leader du numérique qu’il aspire à être. Une solution pour y parvenir est de miser au maximum sur les « edge data centers ». Proches de l’utilisateur, ces data centers locaux plus petits sont reliés aux grands data centers de Londres, Amsterdam ou Francfort, par exemple, et améliorent la connectivité et la vitesse de transfert des données. Le délai plus court entre la conception et la mise en service d’un tel data center de moindre taille est également plus intéressant pour les investisseurs et les entreprises technologiques.

« La Belgique est actuellement un no man’s land en ce qui concerne les grands data centers. Cette situation est due au fait que notre pays n’a pas de connexion directe par fibre optique avec les États-Unis, où se trouvent les grandes entreprises technologiques. C’est en revanche le cas des Pays-Bas et la région autour d’Amsterdam est un point névralgique pour les data centers. Nos voisins arrivent cependant à saturation, car la pression de tous ces data centers sur le réseau électrique néerlandais est énorme. Dans les années à venir, les regards se tourneront inévitablement vers notre pays afin d’y construire des data centers (plus petits). »

Kristof Peperstraete, CEO d’Arcadis Belgique

Chauffage des bâtiments

Par ailleurs, l’intérêt des edge data centers ne se limite pas à offrir une meilleure connectivité. Si une grande attention est accordée à la durabilité au cours de leur conception, ces data centers peuvent également être utilisés à d’autres fins, comme le chauffage des bâtiments.

« Les serveurs des data centers dégagent beaucoup de chaleur, qui est actuellement perdue. Nous pouvons réutiliser cette chaleur résiduelle comme source de chauffage dans nos villes grâce à un réseau de chaleur. Les edge data centers présentent également l’avantage de pouvoir contribuer à la stabilisation du réseau électrique. C’est un atout supplémentaire, surtout à la lumière de la sortie prévue du nucléaire. Arcadis dispose en interne de toute l’expertise pour concevoir ces data centers de manière particulièrement durable. »

Peter Toulet, Data Center Expert chez Arcadis Belgique

Contactez-nous
Katrien Hermans Marketing & External Communication Specialist, Arcadis Belgique
Peter Toulet Data Center Expert, Arcadis Belgique
Catherine Haquenne Bereal
Katrien Hermans Marketing & External Communication Specialist, Arcadis Belgique
Peter Toulet Data Center Expert, Arcadis Belgique
Catherine Haquenne Bereal
A propos de Bereal