Lettre ouverte du secteur immobilier:

Lettre ouverte du secteur immobilier: "Le secteur immobilier 2.0 existe. Nous voulons le démontrer."

Jeudi 26 avril 2018 — Dans un pays dont la population croît d’année en année et dont les infrastructures publiques ont fait leur temps, la nécessité de repenser et redessiner la gestion de l’espace est plus nécessaire que jamais. Le monde politique et le secteur de l’immobilier doivent dès lors collaborer. Mais, dans les faits, de nombreux décideurs politiques évitent aujourd’hui autant que possible d’être vus en compagnie d’acteurs du secteur immobilier, et inversement. La crainte d’être soupçonné de copinage ou de tractations irrégulières, domine. Mais la peur est mauvaise conseillère. A quelques mois des élections communales, 150 professionnels de l’immobilier appellent leurs collègues et le monde politique à ouvrir grand la porte et à discuter ensemble, dans la plus grande transparence.

Les  faits sont là: quelques scandales immobiliers ont eu les honneurs de la presse ces derniers mois car ils jouaient avec les limites de l’acceptable . Il ne s’agit heureusement que de cas exceptionnels, mais la perception en est différente.

Cela nous fait réaliser à quel point il est important d’être transparents, de communiquer de façon ouverte et d’expliquer clairement ce que que nous faisons. Pour réaliser de grands projets, il faut que les gens se parlent. C’est aussi simple que cela. Nous devons évidemment tout faire pour lutter contre les jeux d’influence, mais ce n’est pas en restant chacun dans son coin que l’on pourra y parvenir.

Le  fait est, aussi, que les professionnels de l’immobilier participent toujours plus, avec leur vision d’entrepreneurs, à la construction des villes et villages  de demain. Il suffit de penser à la reconversion de la zone du Canal à Bruxelles, au développement de Nieuwe Zuid à Anvers, ou encore à la revalorisation du centre-ville de Leuven. Des projets qui mêlent
systématiquement logements, espaces de travail, commerces et vivre-ensemble.  Quiconque souhaite réussir ce type de projets ambitieux, complexes et risqués, se doit de travailler avec les instances concernées. Avec les autorités, donc. Avec le monde politique.

Le secteur immobilier, et les promoteurs en particulier, ne peuvent et ne souhaitent pas faire autrement. Le secteur a besoin du politique, et inversement. Non pas pour régler de petites affaires, mais bien pour réaliser des projets ayant des effets de levier pour une commune, une ville, une région. En outre, si les politiques et le secteur immobilier ne prennent plus le temps de s’asseoir autour d’une table pour discuter de leurs plans pour le  développement des villes, la victime de cette situation à long terme est déjà connue : le citoyen.

C’est pourquoi nous lançons cet appel à une plus grande transparence et  à davantage de collaboration. Realty, l’événement le plus important pour les professionnels de l’immobilier en Belgique, qui aura lieu à la mi-mai, souhaite et peut devenir le catalyseur de cette démarche. Si nous y rassemblons les décideurs politiques  et le secteur de l’immobilier, c’est pour qu’ils puissent dialoguer en toute transparence. Nous voulons ainsi donner un nouveau départ à nos relations. Mais attention : l’ouverture qui sera démontrée durant les forums publics devra également rester la norme par après, dans les salles de réunions et autres concertations. Sans que n’y soient compliqués ou ralentis nos futurs projets.

Cette lettre ouverte est donc également un appel à tous nos collègues professionnels de l’immobilier et aux décideurs politiques. Ils ne peuvent plus avoir peur de dialoguer ensemble et avec le grand public, selon les règles du jeu et avec la plus grande ouverture possible. Les grandes réussites sont le fruit de beaucoup de dialogue, mais aussi d’une vision, de l’audace et de la confiance réciproque. L’objectif est clair: réaliser des projets permettant à chacun de se sentir chez soi. Mais pour cela, nous avons besoin de retrouver un minimum de confiance. Le secteur immobilier 2.0 existe, et nous voulons le démontrer.

L’Union Professionnelle du Secteur Immobilier (UPSI-BVS), au nom de 150 promoteurs
immobiliers.