La Belge Charline Tyberghein (25 ans) est la meilleure jeune peintre européenne de 2018

Le KoMASK Masters Salon Painting Award d’Anvers est à la recherche d’un nouveau lieu

  • L’Anversoise Charline Tyberghein (25 ans) remporte le KoMASK Masters Salon Painting award 2018

  • La plus grande édition jamais vue: 41 peintres fraîchement diplômés de 14 académies des Beaux-Arts européennes présentent au total 123 peintures. En 2014, seules quatre académies avaient participé au concours

  • En cinq ans, l’award - comparable au concours reine Elisabeth pour jeunes peintres - est devenu un événement international incontournable

  • L’asbl anversoise doit donc partir à la recherche d’un nouveau lieu

 

La peintre Charline Tyberghein,  âgée de 25 ans, et provenant de l’académie royale des beaux arts d’Anvers pourra être considérée pendant un an comme la meilleure jeune peintre européenne. Elle a remporté hier à Anvers, avec son oeuvre ‘get home’, le KoMask Masters Salon Painting Award 2018 - le concours reine Elisabeth pour jeunes peintres. Ce qui est remarquable, c’est que jamais autant d’artistes ne se sont présentés pour essayer de remporter le prix. Pas moins de 41 peintres fraîchement diplômés de 14 pays différents ont envoyé 123 peintures. Le KoMASK Masters Salon Award a lieu pour la cinquième fois à Anvers, mais de par le grandissant intérêt international pour l’événement, l’ASBL anversoise doit partir à la recherche d’un nouveau lieu pour l’organiser.

L’ASBL anversoise KoMASK - Koninklijke Maatschappij ter Aanmoediging der Schone Kunsten - entend récompenser prioritairement de jeunes peintres européens talentueux pour leur maîtrise et leur offrir un tremplin vers une carrière internationale. Fait remarquable, la remise des prix pulvérise cette année tous les records. Pas moins de 41 étudiants en Master de 14 différentes académies des Beaux-Arts à travers toute l’Europe, ont concouru. Pour la première édition en 2014, seules 4 académies belges avaient participé.

De célèbres académies des Beaux-Arts d’Allemagne, du Portugal, d’Italie, d’Espagne, d’Angleterre, des Pays-Bas, de Norvège, de Finlande et du Danemark, entre autres, ont envoyé cette année leurs meilleurs étudiants de Master fraîchement diplômés à Anvers. Parmi les lauréats, on comptait également 11 Belges issus des académies d’Anvers, de Gand, de Liège et de Bruxelles.

“Notre KoMASK Master Salon Award est de plus en plus réputé sur la scène artistique internationale. Lors de notre première édition, seules quatre académies belges avaient participé, alors qu’aujourd’hui nous comptons déjà 14 académies internationales participantes et plus de 40 étudiants. Pour Anvers, ce prix est une excellente occasion de se faire un nom comme ville d’art.”

Bart’d  Eyckermans, président de KoMASK


“get home”

Hier soir, c’est donc finalement Charline Tyberghein, âgée de 25 ans et originaire d’Anvers qui a remporté le prestigieux KoMASK Masters Salon Painting Award à Anvers, avec sa peinture “get home”. La jeune peintre utilise surtout des symboles comme des mains, des chaussures, des briques dans ses peintures pour raconter des histoires. La lauréate se voit offrir la somme de 5.000 euros comme récompense, ainsi que la possibilité de vendre son oeuvre pour 3.000 euros.

“Tyberghein a le don pour montrer un discours personnel et surréaliste dans ses peintures, dans un context donte chaque spectateur arrive à lire le message”

Jury KoMASK

La Danoise Stephanie Bech Madsen (28 ans) de l'académie royale des beaux-arts de Copenhague et la Néerlandaise Jorinde Krosenbrink (32 ans) reçoivent une mention honorable de la jury.  

Le jury d’experts se composait cette année de neuf experts internationaux, avec des grands noms comme l’artiste japonais Masataka Kuroyanagi, Daniel Werkmäster du musée d’Uppsala en Suède, Semyon Michalovski, le directeur de l’académie de Saint-Pétersbourg, Lu Xiaobo, le directeur de l’académie de l’université de Tsjinghua à Beijing. Dans son pays, c’est une personnalité extrêmement influente dans le domaine de l’art et le jury compte également son compatriote Lulu Wang qui habite depuis 1986 aux Pays-Bas et qui initialement donnait cours à Maastricht avant sa percée avec son premier roman ‘Le théâtre des lys.’ Outre ces membres internationaux, quatre Belges faisaient aussi partie du jury: l’artiste belge Gideon Kiefer, Sofie Van de Velde, propriétaire d’une galerie d’art,  Pieter Boons, curateur du musée Middelheim à Anvers et le célèbre sculpteur Johan Tahon.

Un nouveau lieu ?

De par l’énorme croissance de KoMASK ces dernières années, il devient difficile pour l’asbl anversoise de maintenir l’organisation de l’évènement à Anvers. Le lieu actuel, la Grande Salle dans le Jardin d’hiver de l’Académie royale des Beaux-Arts à Anvers, devient trop petit pour exposer toutes les oeuvres.

Pour cette édition nous avons dû refuser des académies, car nous n’avions pas assez de place pour exposer toutes les oeuvres d’art. Des académies se retrouvent donc sur une liste d’attente. Nous souhaitons bien évidemment accueillir le plus de candidats possible, mais cela signifie qu’en  Europe seulement plus de vingt académies européennes peuvent participer. Il n’y a tout simplement pas assez de place à Anvers pour exposer toutes les oeuvres d’art. Raison pour laquelle nous sommes depuis quelques temps à la recherche d’un autre lieu, plus spacieux.”

Bart’d Eyckermans, président de KoMASK


Les 123 oeuvres des 41 lauréats sont visibles jusqu’au mardi 31 octobre (entre 12 heures et 18 heures) dans “La Longue Salle et le Jardin d’Hiver” de l’Académie royale des Beaux-Arts à Anvers.

Contactez-nous
Bart'd Eyckermans Président, KoMASK
Bart'd Eyckermans Président, KoMASK