La crise du coronavirus ne brisera pas le rêve de l’étranger des baby-boomers : chaque jour, huit Belges achètent une casa en Espagne

Contrairement à ce à quoi on pourrait s’attendre, la crise du coronavirus ne peut briser le rêve de l’étranger de milliers de baby-boomers. Au contraire. Chaque fois que les frontières s’ouvrent, les Belges prennent à nouveau en masse l’avion en direction des différentes costas espagnoles, comme le constate Azull, le leader belge du marché de l’immobilier en Espagne. Au cours des mois d’été, près de 1 000 compatriotes ont ainsi acheté une casa sous le soleil d’Espagne. Plus que jamais, les baby-boomers veulent en profiter pleinement et y passer plus de temps avec leurs enfants et petits-enfants. Au total, en 2020, déjà 2 283 Belges ont acheté une résidence en Espagne, soit une moyenne de huit par jour.

La crise du coronavirus a gravement affecté les Belges et les a amenés à réfléchir attentivement à leur qualité de vie et à l’importance d’entretenir de bonnes relations avec la famille et les amis. Nous en avons déjà aperçu les conséquences sur notre propre littoral belge, où plus de résidences secondaires ont été achetées en dix mois que pendant toute l’année record de 2019. Mais le rêve de l’étranger est également resté bien vivant, comme en témoignent les récentes statistiques des bureaux d’enregistrement espagnols.

Au cours du deuxième trimestre – lorsque nos frontières ont été fermées une première fois – les chiffres de vente ont considérablement baissé, avec « à peine » 475 Belges qui ont acheté une casa (soit -44 % par rapport aux trois premiers mois de l’année). Dès la réouverture des frontières, une véritable course de rattrapage a commencé. Les notaires en Espagne ont ainsi enregistré pas moins de 961 acquisitions belges en juillet, août et septembre, soit plus du double du premier trimestre. Au total, en 2020, déjà 2.283 Belges ont acheté une résidence en Espagne, soit une moyenne de huit par jour.

Azull, le leader du marché de l’immobilier en Espagne, a également pu observer beaucoup d’intérêt à cet égard pendant les mois d’été. Surtout en août, qui a atteint des records. En septembre, lorsque l’Espagne virait au rouge intégral sur les cartes du coronavirus, les ventes ont à nouveau fortement chuté, mais en octobre, le moteur a redémarré presque sans problème.

« Il est clair que la crise du coronavirus ne réussira pas à briser le rêve de l’étranger des baby-boomers belges. Chaque fois que l’occasion se présente, des centaines de Belges prennent à nouveau l’avion en direction de l’Espagne pour visiter sur place des maisons ou confirmer un achat. Ce qui est frappant, c’est que la réalisation du rêve est encore plus souvent stimulée par les enfants et les petits-enfants. Plus que jamais, les Belges aspirent à passer plus de temps ensemble et à en profiter pleinement. Tu n’achètes pas une résidence en Espagne pour son rendement, mais avant tout pour en profiter toi-même et avec tes proches. »

Marleen De Vijt, CEO Azull

 Un placement de bon père de famille 

Que le rêve d’Espagne reste bien vivant n’a pas vraiment surpris De Vijt. La CEO d’Azull a vu une réaction similaire chez les Belges lorsque la crise financière de 2008 a éclaté. 

« La crise effraie de nombreux compatriotes et les incite à épargner. Mais il y a également toujours un groupe de Belges qui se disent que tout moment est bon pour réaliser le rêve de leur vie. Le fait que la crise du coronavirus n’a pour le moment guère d’effet sur le prix de l’immobilier rend ce choix encore plus aisé. De nos jours, l’immobilier semble bien être le nouveau placement de bon père de famille. »

Marleen De Vijt, CEO Azull

Perspectives

Azull s’attend donc à ce que des centaines de Belges veulent à nouveau réaliser leur rêve espagnol, dès que les frontières rouvriront dans quelques semaines ou quelques mois. L’intérêt est toujours là, semble-t-il.

« Chaque fois que nous organisons un webinaire, au cours duquel nous donnons pendant 90 minutes des informations sur les choses à faire et à ne pas faire par rapport à l’immobilier en Espagne, sur la culture espagnole, etc., plus de 60 personnes se montrent aussitôt intéressées et sont effectivement présentes. Nul n’assiste à un séminaire en ligne de 90 minutes sans être vraiment intéressé par le sujet. En cette période si particulière, de très nombreux baby-boomers ont besoin de quelque perspective. »

Marleen De Vijt, CEO Azull

Dans les semaines à venir, Azull prévoit également d’ouvrir une nouvelle agence en Flandre occidentale. Il s’agira de la cinquième agence en Belgique du leader du marché de l’immobilier en Espagne.

 

En pièce jointe, vous trouverez quelques chiffres concernant l'achat de biens immobiliers espagnols par des étrangers.

Contactez-nous
Johan Conix Managing partner, Azull
Johan Conix Managing partner, Azull
A propos de Bereal