“De nouvelles mesures sont nécessaires afin de maintenir des prix abordables pour l’immobilier belge”

Century 21 Benelux réagit au risque de de hausse d’intérêt pour les crédits hypothécaires suite aux dernières décisions de la BCE

Jeudi 26 octobre 2017 — “Le secteur immobilier s’attend à une véritable explosion du nombre de transactions immobilières à court terme. Il est plus que probable que le nombre de ventes dépassera les attentes cette année. Mais nous nous inquiétons des conséquences à long terme de la décision de la Banque Centrale Européenne, surtout pour le marché immobilier belge”, explique Isabelle Vermeir, CEO de Century 21 Benelux - le plus gros acteur du marché immobilier résidentiel en Belgique - dans une réaction officielle à l’annonce, par la BCE, de sa volonté de réduire son programme de stimulation. Le groupe appelle les autorités régionales à relancer le débat sur les mesures qui permettraient de maintenir l’accessibilité du marché immobilier.

La décision de la BCE devrait avoir un impact important sur les taux d’intérêt pour les crédits hypothécaires. Isabelle Vermeir, CEO Century 21 Benelux:: “En tant que leader du marché belge de l’immobilier résidentiel, nous nous attendons du coup à une véritable explosion des transactions sur notre marché. L’acheteur belge est parfaitement conscient que nous traversons une période charnière et qu’il ne reste plus beaucoup de temps. La hausse des taux d’intérêt ne devrait en outre pas avoir d’impact sur la hausse des prix de l’immobilier, au vu de la conjoncture actuelle : plus d’emplois et des salaires plus élevés.”
 

Century 21 Benelux appelle aujourd’hui les autorités belges à s’investir plus afin de maintenir l’immobilier à des niveaux abordables, accessibles.  “Car l’accès à la propriété pourrait bien être de plus en plus compromis”, explique le groupe immobilier. “Nous pouvons sincèrement affirmer que nous nous attendons au pire si les taux d’intérêt viennent à augmenter, tandis que les prix restent, à tout le moins, stables. A l’échelle européenne, nous sommes une exception en ce qui concerne la proportion de citoyens propriétaires. Reste par contre à voir si cela peut encore durer. Sans intervention des autorités, le risque est de voir une part toujours plus grande des Belges être poussés vers le marché locatif.”
 

Le groupe appelle donc les autorités régionales à se mettre autour d’une table avec le secteur, notamment pour s’attaquer à la questions des droits d’enregistrement extrêmement élevés imposés en Belgique. “Nous avons - et de très loin - les droits d’enregistrement les plus élevés d’Europe. Ce qui ne soutient évidemment pas l’accès à la propriété. Les autorités wallonnes discutent actuellement d’un potentiel abaissement de ces droits d’enregistrement. Mais si nous souhaitons contenir les effets de la hausse attendue des taux d’intérêts et des prix de l’immobilier, nous devons oser aller plus loin qu’une petite baisse de 1 ou 2% des droits d’enregistrement”, explique Isabelle Vermeir.  In Wallonië wordt er momenteel gesproken over het verlagen van de registratierechten. Maar als we de rente- en de prijsstijgingen die er nu zitten aan te komen willen opvangen, moeten we verder durven gaan dan de registratierechten met 1 of 2 procent te laten zakken”, meent Vermeir.

 

N’hésitez pas à prendre contact avec nous si vous souhaitez plus d’informations.

 

Isabelle Vermeir CEO at Century 21 Benelux
Younes Al Bouchouari Consultant at Bereal