Skip to Content

Six tendances du marché résidentiel en 2021

Les maisons avec jardin et terrasse ont gagné en popularité durant 2020, l'“année du coronavirus”. Mais que nous réserve cette année en matière de logement et plus généralement d'immobilier ? Les principaux acteurs de l'immobilier belge prévoient six tendances pour 2021.

1. « Percevoir, sentir et voir la maison avant même la pose de la première pierre »

2020 fut plus que jamais l'année de la percée du digital. Dans le secteur de l'immobilier aussi. « Cette tendance va perdurer », déclare Thomas Van Poucke, PDG du groupe Huyzentruyt. « La digitalisation s'étend à l'ensemble du secteur. Il suffit de penser aux visites virtuelles des agents immobiliers, aux achats de maisons en ligne et aux visites en ligne des maisons. » Mais Dries Verhaeghe, directeur des ventes et du marketing, estime que cela va même aller plus loin. "Grâce à la réalité virtuelle, en 2021, vous pourrez voir votre nouvelle maison avant même la pose de la première pierre, y compris les différents choix de matériaux ou d'aménagement intérieur. Auparavant, une nouvelle construction vous obligeait souvent à visiter plusieurs salles d'exposition, disséminées dans tout le pays. Désormais, les candidats-acheteurs peuvent faire tous les choix au préalable, même sentir ou toucher les matériaux lors d'une seule visite à un seul endroit et ainsi gagner beaucoup de temps", poursuit-il. 

2. « Lieu de coworking dans votre quartier »

"Nous sommes restés à la maison beaucoup plus souvent l'année dernière et cela se traduit aujourd’hui dans les critères de recherche des acheteurs. Un logement confortable avec un lieu de travail séparé, par exemple, est un critère que nous remarquons désormais très souvent", dit Yves Vervliet de Heylen Vastgoed. Le fait que les Belges ont développé d'autres besoins de vie et de travail peut également être entendu chez le développeur de projet ION.  "On observe vraiment que les Belges - certainement les Flamands - cherchent des idées pour réaménager leurs intérieurs", dit Davy Demunck, le PDG. "Actuellement, nos conseillers clientèle sont de plus en plus sollicités pour des solutions telles que des parois coulissantes ou des armoires encastrées avec bureau. Le logement était autrefois considéré comme purement résidentiel. Aujourd'hui, beaucoup de gens constatent que nous pouvons et désirons travailler plus souvent à domicile. Cette tendance est lancée et est irréversible. » Cela aura également un effet sur les futurs projets résidentiels, selon M. Demuynck. « Les futurs projets résidentiels proposeront davantage d'espaces communs qui seront aménagés en home offices. Des mini-espaces de coworking, par exemple, où vous pourrez travailler à votre guise, mais non loin de chez vous. Ces mini-espaces de coworking vous offriront un environnement plus professionnel, où vous pourrez également entrer en contact avec d'autres personnes."

3. « La construction en bois fait une percée »

Traditionnellement, le secteur de la construction est un assez grand pollueur, mais là aussi, la durabilité devient progressivement une nécessité. Selon Alexandre Huyghe de Revive, la solution idéale réside dans la construction en bois. « Ce type de construction et, dans un sens plus large, la construction circulaire et le recyclage des matériaux de construction, gagneront en popularité. De plus en plus de projets de construction seront dès lors érigés en bois. La Gare Maritime sur le site bruxellois de Tour & Taxis en est un bel exemple », ajoute-t-il. Mais un nombre sans cesse croissant de maisons seront également construites à partir de ce matériau durable. « La construction en bois offre une meilleure isolation et émet moins de CO2 qu'un bâtiment en béton ou en acier. En outre, le processus de construction est plus rapide. » Il y a déjà une course internationale en vue de construire le plus haut gratte-ciel en bois. Il est actuellement situé en Norvège : le Mjøstårnet mesurant 85,4 m de hauteur.

4. « Les résidences à l'étranger séduisent toujours »

« Malgré la crise du coronavirus, des milliers de babyboomers n'ont pas fait une croix sur leur rêve d'une résidence à l'étranger. Et ils ne le feront pas non plus en 2021 », déclare Marleen De Vijt, experte en immobilier chez Azull. Au total, en 2020, 2 283 Belges ont déjà acheté une résidence en Espagne, soit une moyenne de huit par jour.  Azull s'attend déjà à ce que ce chiffre soit encore plus élevé l'année prochaine. « Lorsqu'il sera à nouveau possible de voyager en toute sécurité, des centaines de Belges voudront à nouveau concrétiser leur rêve. Ils voudront en profiter pleinement et passer plus de temps avec leurs enfants et petits-enfants dans leur casa espagnole. En outre, les nouvelles constructions joueront un rôle encore plus important qu'avant la crise du coronavirus. » 

5. « Vivre et travailler dans des monuments » 

La Gare Maritime et The Dome à Bruxelles, la Boerentoren à Anvers ou encore la Weylerkazerne à Bruges. « Notre patrimoine ne cesse de trouver un second souffle », déclare Thibaut De Vos, administrateur de VDD Project Development, promoteur de projets historiques. « En 2021, la tendance de vivre et travailler dans des monuments restaurés avec respect et répondant à toutes les exigences modernes en termes de durabilité, de confort et d'approvisionnement énergétique, sera encore plus forte. Les villes et les communes sont de plus en plus conscientes qu'elles peuvent gérer plus efficacement l'espace et les bâtiments vides. Les familles et les entreprises sont aussi plus sensibles à la beauté, la force et le charme des monuments historiques. » 

6. « La construction neutre en CO2 devient la norme »

La lutte contre les combustibles fossiles se poursuivra en 2021. « Pour chauffer nos bâtiments et nos maisons aussi », déclare Bart Vanderdonckt, PDG du promoteur immobilier Steenoven. « L'année prochaine, de très nombreux projets de construction utiliseront un réseau de chaleur. Un tel système vous permet par exemple d'utiliser la chaleur résiduelle dégagée par un incinérateur de déchets pour chauffer les maisons et réguler la température de votre douche. Steenoven s'est engagé depuis des années en faveur de la durabilité et a dès lors adopté cette nouvelle technique avec enthousiasme, notamment dans le projet de rénovation urbaine Roelevard à Roulers. De cette façon, nous réduisons les émissions de CO2, ce qui est bon pour le climat. De plus, cette technique est très fiable et n'est pas plus coûteuse que le chauffage au gaz naturel ».

Contactez-nous
A propos de Bereal